Accueil du site > Tactiques > Chroniques > Ó lo Pintre, Thierry Lagalla

Ó lo Pintre, Thierry Lagalla

O lo Pintre

E com aquò ti plas / Do you like it like this ?
Dans l’Espace à vendre, à Nice, Thierry Lagalla a installé ses petites peintures. Cet artiste connu pour ses vidéos où l’accent régionaliste est mis au profit d’une interprétation souvent sarcastique de ce que l’on nommera brièvement le réel, présente jusqu’au 4 novembre Ó lo pintre !.

« Ó lo pintre » : Thierry Lagalla porte cette inscription sur son T-shirt, tandis qu’il sourit les bras ballants au visiteur. Peint sur une silhouette découpée dans une planche de bois, T. Lagalla se place au centre de son œuvre, affirmant ici encore une posture naïve et subjective. Les toiles elles ont la facture et le trait des peintures amateurs, et prennent pour sujet des scènes souvent sans intérêt. Ici des femmes en maillot de bain s’exhibent sur la plage, là un assortiment de charcuteries attend de susciter l’envie d’un client, là encore le peintre a peint avec minutie la vue de son atelier. T. Lagalla nous promène avec bonhomie dans son quotidien de peintre niçois. Quelques images sortent pourtant du lot en apportant un sentiment d’étrangeté : une pomme de terre découpée et posée sur un socle d’allummettes s’allume comme une lampe, une tête de lapin sanglante nous fait face avec son œil figé. Un peu plus loin, deux chaises s’accouplent en s’empilant, et l’image est ici redoublée par l’objet puisque elles sont aussi là au milieu de la pièce aux côtés de Lagalla. T. Lagalle aime faire des ponts entre objet et représentation, et entre représentation et re-représentation : plusieurs images peintes sont ainsi de fidèles transcriptions de visuels de ses vidéos. On est dans la copie, dans le mimétisme cher aux anciens. Les légendes sont également importantes, écrites en patois et traduites en anglais elles demandent une gymnastique au spectateur français qui doit recomposer le sens entre deux langages aux accents souvent mal maîtrisés. « Jamai solet dau buòn » ou « Never really alone »... Au-dessus de cette inscription, T. Lagalla a la tête posée sur une toile cirée, une bougie allumée plantée dans son oreille. Jamais seul pour son anniversaire « ou jamais seul avec son oreille »

Dans cette nouvelle série, T. Lagalla fait un retour tonitruant à la peinture, en affrontant l’univers pauvrement réaliste qui l’entoure et en y introduisant la bizzarerie du regard porté par le peintre. Le pintre assume le rôle qu’on lui demande de jouer, celui de copier la réalité tout en y introduisant parfois cette fantaisie un peu incompréhensible qui nous fait dire qu’on est bien face à quelque chose qui relève de l’art et nous dépasse. Une belle exposition donc, d’un grand peintre comme on n’en fait plus assez.

haut de page
++INFO++
  • Espace A VENDRE

15 rue Smolett 06300 NICE Jusqu’au ,Ó lo Pintre de Thierry Lagallaet exposition de Hans Hoderburgge en vitrine.

Ouvert de 16h à 19h du mercredi au samedi et sur rendez-vous.

Vitrine allumée de 11h à 23h du lundi au samedi.

avendre@averse.com - www.espace-avendre.com 04 93 79 83 44 06 11 89 24 89

++Répondre à cet article++

Vous pouvez répondre à cet article. Laissez vos commentaires, remarques, compléments d'informations.

Partenariat

Cliquez visitez tez Moisson Rouge à la MEP Letz Arles / Résonance Miss Tic Rockn'Girls Karine Maussière Henri Foucault

http://margueritebornhauser.com/


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP