Accueil du site > Écarts > Chroniques > Hubert Rivey : Une solitude temporelle > Poster un message

Poster un message

En réponse à :

  • Hubert Rivey : Une solitude temporelle

    7 juillet 2006, par Emmanuel LINCOT
    La peinture, cela n’existe pas. Il n’y a que des peintres. Hubert Rivey n’a cessé de me conforter dans cette idée depuis notre première rencontre, il y a maintenant trois ans.
    L’homme est affable. Derrière une grosse moustache à la Kipling, Rivey s’exprime sans emphase. C’est du côté du groupe Supports / Surfaces que la genèse de son œuvre est à chercher. En finir avec les conventions de la peinture de chevalet, montrer la réalité de la toile sans cadre a été l’une des grandes préoccupations de Rivey (...)
Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Partenariat

Cliquez visitez tez Christian Milovanoff Bureaux

JPG - 6 ko
Le MENTORAT des Filles de la Photo


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP