Accueil du site > Précipités > Chroniques > Gary Hill, Guilt et Frustrum à la Fondation Cartier > Poster un message

Poster un message

En réponse à :

  • Gary Hill, Guilt et Frustrum à la Fondation Cartier

    26 novembre 2006, par Mathilde ROMAN
    L’exposition de Gary Hill à la fondation Cartier joue à la fois sur de la frustration et du spectaculaire. On est d’abord déçu en entrant dans la première salle, où ce qu’il y a à voir se réduit à peu, et où ce qu’on peut entendre échappe à la compréhension. Tout au contraire, dans la deuxième salle, le spectacle est fascinant et enveloppant, il monopolise immédiatement l’attention. L’exposition fonctionne ainsi comme un diptyque déséquilibré, oxymorique, parfaitement articulé à la lecture du temps (...)
Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Partenariat

Cliquez visitez Decision making - Instant décisif Biennale Nemo Exposition Francis Jolly Lapse & Relapse Yvetot Nicolas Havette Fortunes >https://www.ernahecey.com/exhibitions/forthcoming/]

www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP