Accueil du site > Nécessités > ZAO WOU-KI

ZAO WOU-KI

Estampes et livres illustrés (Exposition de la Bibliothèque Nationale)

Zao Wou-Ki, sans titre, 1973
Zao Wou-Ki, sans titre, 1973
sérigraphie. BNF/estampes et photographies ADAGP
Rétrospective de l’œuvre d’un artiste franco-chinois de renommée internationale ayant illustré de ses eaux fortes les livres de René Char, André Malraux et Léopold Sédar Senghor.

Consécration pour cet artiste né en 1920 à Pékin et considéré aujourd’hui comme l’un des derniers grands représentants de l’ « Ecole de Paris », cette exposition présente un double intérêt : le rappel pour Zao Wou-Ki de ses filiations issues de l’art informel d’une part ; sa quête inlassable d’une identité inscrite dans le rapport aux signes et à l’œuvre toute particulière des écrivains d’autre part. On peut déplorer néanmoins le manque d’informations sur le passé chinois de l’artiste. La Chine artistique - son système des Beaux-Arts, son avant-garde à Shanghai - des années trente et quarante était largement acquise à la France et Zao Wou-Ki est aussi, à sa manière, le représentant de cette époque aujourd’hui révolue. On le comprend donc : l’objet de cette exposition n’est pas de présenter l’artiste sous un angle socio-historique mais bien d’en exalter les talents. Et ils sont nombreux ! D’abord dans sa capacité à s’initier dès son arrivée en France (1948) aux techniques de la lithographie, à sympathiser ensuite avec les peintres Alfred Manessier mais aussi Jean-Paul Riopelle, Pierre Soulages et surtout, Henri Michaux qui lui ouvre les portes des milieux mondains parisien et suisse ; fait essentiel qui est aussi à l’origine de sa découverte de la peinture de Paul Klee à Bâle, de son univers des signes qu’il tentera d’accommoder à partir de sa propre expérience faite d’une réinterprétation des écritures sigillaires héritées de l’antiquité chinoise.

Ce rapport à l’écriture est un phénomène récurrent qui caractérise l’ensemble de cette œuvre complexe en ce qu’elle regroupe toutes les tendances abstraites à forte composante gestuelle qui se sont manifestées dans le Paris de l’après-guerre. Symptomatique est le travail mené par Zao Wou-Ki aux côtés des plus grands écrivains et poètes lyriques de cette période : René Char, Philippe Jacottet, Yves Bonnefoy, François Cheng, Roger Caillois, Claude Roy mais aussi André Malraux que Picasso aimait à surnommer le « Chinois »… On admire la tension des couleurs, les effets de vide et de plein, la beauté étale de cette œuvre gravée ; étonnante respiration qui nous ramène au plus intime secret d’un homme pétrit de deux cultures textuelles : l’une chinoise, l’autre française vouant chacune un culte à la littérature. Des vidéos complètent utilement la présentation générale. L’artiste se livre à de très intéressants témoignages tant dans son appréhension de la matière que dans son rapport aux pouvoirs…Un catalogue est par ailleurs imprimé à l’occasion de cet événement. Bruno Racine en a écrit la préface. Il complète, d’une manière perspicace, la très belle rétrospective organisée en 2003 au musée du Jeu de Paume par Daniel Abadie.

Cette exposition à lieu à la bibliothèque François Mitterrand (Paris) du 3 juin au 24 août 2008. Ouverte tous les jours sauf le lundi de 10 h à 19 h. Un catalogue édité par la BNF est publié à cette occasion. On y trouvera un essai de Hélène Trespeuch qui analyse l’influence de Paul Klee sur l’œuvre de Zao Wou-Ki.

haut de page
++Répondre à cet article++

Vous pouvez répondre à cet article. Laissez vos commentaires, remarques, compléments d'informations.

Partenariat

Cliquez visitez tez Akira Inumaru Henri Foucault Work in Progress Galerie Ségolène Brossette Miguel Chevalier Galerie Lélia Mordoch L'infini n'a lieu qu'une fois

www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP