Accueil du site > Lacunes > Chroniques > Superstudio, des architectes plasticiens

Superstudio, des architectes plasticiens

Une exposition aux turbulences Frac Centre

Les histogrammes
Les histogrammes
« L’Architecture ne touche jamais les grands thèmes, les thèmes fondamentaux de nos vies. L’Architecture reste au bord de notre vie, pour n’intervenir qu’à un certain point du processus. » A partir de ce constat négatif un groupe de cinq architectes italiens décide en 1966 d’unir leur action afin de généraliser leur pratique sous le label Superstudio. Le FRAC Centre leur consacre la première exposition monographique française après de nombreuses présentations internationales. Intitulée « La vie après l’architecture » elle montre la radicalité de leur propos comme de leurs réalisations, mais aussi leur inscription dans l’art de leur temps auprès des grands courants qui l’animait à l’époque.

Voir en ligne : http://www.frac-centre.fr

L’ensemble s’ouvre sur une sorte d’anti-monument Les Istogrammi qu’on a parfois désigné comme « les tombeaux des architectes ». Ce sont des structures génériques en bois recouvert d’un laminé plastique qui peuvent se décliner dans différentes formes et dimensions. Elles vont aussi donner lieu à la réalisation des meubles et objets de la série Misura.

La présentation se veut ensuite chronologique pour aborder les différents aspects de leur production ou « l’architecture comme récit » qui fonde une critique de la société moderne dans une approche pluridisciplinaire, en dialogue avec la philosophie, l’architecture et l’anthropologie. En quête d’une urbanisation globale ils vont imaginer Le monument continu qui intègre et dépasse les différents obstacles naturels ou déjà construits en un plan unitaire. « Et depuis la baie, nous voyons New York transformé par le Monument Continu en une grande plaine de glace, de nuages ou de ciel. »

Dans le même esprit globalisant ils envisagent en 1971 Les douze cités idéales élaborées à partir d’un récit complété par des dessins et des collages. Chacune apporte une critique radicale à l’absurdité du monde moderne contribuant à l’aliénation humaine. Une vue principale de grand format se trouve complétée par un ensemble d’images organisées en prédelle. Ce même système graphique va leur servir à réviser leur conception générale de leur action à partir des cinq Actes fondamentaux : Vie, Education, Amour , Cérémonie et Mort. En plus de ces productions graphiques deux de ces thèmes ont fait l’objet de la réalisation de courts métrages, les autres étant demeurés sous forme de story board.

Ce n’est pas un hasard si l’oeuvre longuement titrée LA VIE ( ou l’image publique de l’architecture véritablement moderne) Supersurface ( un modèle alternatif de la vie sur terre) a été présentée au MOMA en 1972 dans l’exposition « Italy, the new domestic landscape » Superstudio s’inscrit véritablement dans les arts plastiques de son temps. On le constate avec deux créations en trois dimensions présentées en 1978 à la Biennale de Venise. La conscience de Zeno ready made d’ une chaise d’un paysan vivant en autonomie comme la sculpture La femme de Loth montrant de façon métaphorique le destin de l’architecture avec des formes simples évoquant des structures bâties en sel et érodées par une circulation d’eau en circuit fermé, ces oeuvres sont tout à fait dignes des plus étonnantes réalisations de l‘arte povera.

Il est intéressant de voir aussi qu’à côté de ces oeuvres visionnaires et engagées sur le devenir de leur pratique ils poursuivent une production plus tournée vers son quotidien. On peut en constater les prémisses dans la série Sauvetage des centres historiques italiens, où ils prennent une position non conservatrice pour railler l’obsessions de la sauvegarde d’un passé idéalisé.Ils exercent aussi leur métier en produisant un Catalogue de Villas prêtes à être réalisées dont nous pouvons apprécier la fonctionnalité dans les maquettes ici présentées.

L’inventivité du groupe n’est jamais absente d’une dose d’humour ou d’ironie comme le prouvent encore les collages détournant des reproductions de grandes oeuvres de la culture italienne classique au profit de leur vocabulaire propre. On peut être reconnaissant au Frac Centre d’avoir redonné en France la juste place que Superstudio réunion d’architectes plasticiens mérite grandement dans ces pratiques radicales des années 1960 et 70.

haut de page

Partenariat

Cliquez visitez tez

JPG - 13.2 ko
Entrer dans l’oeuvre Saint Etienne

2ème Salon Turbulences

JPG - 37.6 ko
Paul Pouvreau

Cristine Crozat Entre les mondes Pixy Liao Arcoop Wallproject


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP