Accueil du site > Précipités > Édition > STILL NOX

STILL NOX

Monographie de Manuella Marquès

Still nox
Still nox
Première monographie de la photographe et vidéaste Manuela Marquès – représentée en France par la galerie Anne Barault à Paris (www.galerieannebarault.com), au Portugal par celle de Caroline Pagès à Lisbonne (www.carolinepages.com) et au Brésil par la galerie Vermelho de Sao Paulo (www.galeriabermelho.com) – Still Nox, est publié aux éditions Marval et accompagné d’un texte de la philosophe Christiane Vollaire. Il n’est pas assez courant dans la profusion étourdissante d’ouvrages monographiques, de rencontrer sobriété et respect d’une œuvre déjà affirmée et toujours en élaboration, sensible et discrète.

Voir en ligne : www.marval.com

L’ouvrage relate en effet dans une maquette sobre et respectueuse le travail de plus d’une dizaine d’années de la photographe aux images souvent « sans titre » et aux séries non thématiques à moins que plus justement – comme le souligne Christiane Vollaire dans son subtil texte argumenté, entre autre, autour d’une analyse philosophique empreinte ici à la question de la fonction narrative chez J.-F. Lyotard dans La condition postmoderne (1979) – il ne soit pas question pour Manuela Marquès d’étirer une thématique mais au contraire de trouver « une cohérence dans ce qui ne fait pas série ». Et il est un fait, que c’est à un choix d’objets, de natures-mortes, d’intérieurs dans la pénombre ou de profil à contre jour, mais aussi de pan de tissus, de chaises vides, d’animaux ou de branchages que la photographe convie notre regard troublé devant cette « étrange familiarité », cette si proche et si énigmatique qualité des lieux et des choses que seule l’absence d’un sujet retiré de l’instant permet d’appréhender.

L’œuvre de Manuela Marqués est cette sorte de « leçon de ténèbres (qui) procède comme une suite de progressives intersignifications-désintensifications de la lumière et de l’ombre… œuvre conçue pour signifier ce qu’elle ne montre pas. » (Ch. Vollaire)

Il aura fallu ainsi à l’éditeur et au maquettiste une infime sensibilité pour pouvoir mettre face à face, une perruque baignée par la lumière du soleil et le buste aux points serrés d’un personnage aussi présent dans son intemporalité, que s’il était bien en pied devant nous. Tant d’autres vis-à-vis aussi forts et justes égrainent cet ouvrage simple et élégant, tel cet oreiller juste froissé et ce tapis de pommes de terre dont le camaïeu d’ocres scelle cette fois-ci le sens non narratif mais ouvre à cet « inconscient esthétique » qui affirme ce travail photographique comme « forme acérée de l’indétermination ».

Sept 2008

haut de page
++INFO++
Still Nox Monographie de la photographe Manuela Marquès Texte trilingue (français, anglais et portugais) de Christiane Vollaire Ed. Marval, 2008. Prix 39 euros ISBN 978-2-8623-4412-6
++Répondre à cet article++

Vous pouvez répondre à cet article. Laissez vos commentaires, remarques, compléments d'informations.

Partenariat

Cliquez visitez tez

JPG - 13.2 ko
Entrer dans l’oeuvre Saint Etienne

2ème Salon Turbulences

JPG - 37.6 ko
Paul Pouvreau

Cristine Crozat Entre les mondes Pixy Liao Arcoop Wallproject


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP