Accueil du site > Nécessités > Perspectives > Marie Borgia en belle compagnie

Marie Borgia en belle compagnie

Tributeto Derek Jarman
Tributeto Derek Jarman
La solitude fondamentale de l’artiste suffit elle à entendre ce besoin de compagnonnage qui cherche dans l’histoire de l’art moins des maîtres que des pairs ? Les enjeux d’un art référentiel ne sont ils les résultantes que d’une posture d’humilité ou affirment-ils, au contraire, un besoin de reconnaissance d’une pratique consciente de sa valeur ? L’œuvre photographique de Marie Borgia apporte des réponses nuancées à ces problématiques ouvertes avec le grand chantier post-moderne.

Voir en ligne : www.mabfoto.com

En plaçant l’ensemble de ses images sous l’autorité ironique du Trivial Pursuit l’auteure attend d e son spectateur qu’il accepte d’entre dans son jeu de (re)connaissances catégories art contemporain, cinéma et musiques actuelles. Chaque œuvre singulière ou série est dédiée soit à un artiste seul soit à une de ses œuvres précisément identifiée en légende. Ce référencement déjà duel se trouve encore mis en abyme par un jeu de mots qui fait office de titre tout en éclairant le regardeur sur la personne à qui s’adresse la dédicace. Parmi les nominés on trouve un musée idéal où se croisent Malevitch, Rothko, Bruce Nauman, Cy Twombly, mais aussi Viola ou Cronenberg sur des bandes sons de Lou Reed ou Laurie Anderson. S’aidant parfois du passage d’une langue à l’autre ces titres franco-anglais jouent de toutes les ressources du calembour à l’à peu près.

La description de ce système ne dit apparemment rien de l’esthétique cependant sa cohérence en tant qu’instance de nomination différée décale la représentation vers une abstraction lyrique. Beaucoup de ces images jouent de paramètres spécifiques d’extrême lumination, de flou, de filé, d’absence de point focal. Toutes ces valeurs purement photographiques miment le pictural qu’elles semblent vouloir déjouer. Un autre ensemble apporte un contrepoint plus charnel à ces figures esthétiques. La présence même distanciée de visages et de corps énoncent les conditions d’une fête sensuelle déjà promise par les titres de films ou de chansons. Dans cette séduisante matière où ils semblent en suspension le face à face des visages s’envisage et les corps se préparent à la force de la rencontre. Dans cette perspective les auteurs à qui les hommages sont destinées deviennent compagnons qui encouragent cette aventure à créer pour la vivre dans sa plénitude.

haut de page

Partenariat

Cliquez visitez tez

JPG - 13.2 ko
Entrer dans l’oeuvre Saint Etienne

2ème Salon Turbulences

JPG - 37.6 ko
Paul Pouvreau

Cristine Crozat Entre les mondes Pixy Liao Arcoop Wallproject


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP