Accueil du site > Précipités > Édition > L’artiste, le commissaire et l’historien

L’artiste, le commissaire et l’historien

La carte d’après nature, Thomas Demand

On connaît le travail de Thomas Demand, les minutieuses reconstitutions qu’il fait de photographies, reproduites en papier puis photographiées. S’il prête une studieuse attention au choix de ses images sources, le processus de reproduction les coupe de tout lien documentaire avec l’objet photographié. Par cette production artistique, il interroge depuis plus de vingt ans la manière dont nous représentons l’histoire, dont ces représentations circulent, au-delà du document, dans les interstices d’une iconologie subliminale.

Voir en ligne : www.thomasdemand.de/

Le Nouveau Musée National de Monaco a invité Thomas Demand à être le commissaire de son exposition inaugurale. Si l’on a pas fait le voyage jusqu’à Monaco, le catalogue de l’exposition sera un précieux substitut du remarquable travail effectué par l’artiste. Ce travail s’étend au livre, un objet où l’on sent la main du plasticien et le soucis qu’il porte nous seulement aux images, mais également à leurs entours.

La carte d’après nature est le titre d’une publication confidentielle de Magritte et qui sert pour Demand de clé, à la fois pour l’exposition et pour son propre travail. De là Demand pose l’hypothèse que Magritte, au-delà de sa puissance iconique, questionne surtout le lien que nous avons au réel, aux vrais et aux faux-semblants. Il tire de Magritte la carte du surréalisme, mais d’un surréalisme plus surnaturel que surréel. Il raccorde à sa démonstration un ensemble d’œuvres, d’August Kotszch à Rodney Graham. Il y a certes dans le choix des contemporains une dimension clanique, mais justifiée en partie des préoccupations communes. Mais le centre due l’exposition et du catalogue est occupé par un autre photographe. L’italien Luigi Ghirri, disparu en 1992, reste encore un artiste malheureusement trop confidentiel et souffre, comme Magritte, d’une étiquette qui limite beaucoup ses mouvements dans une histoire de l’art où la photographie contemporaine et l’art contemporain reste cloisonné. C’est cette œuvre que Demand choisit comme second pivot de l’exposition, utilisant les images subtiles de Ghirri comme catalyseur.

L’ensemble d’œuvres qui se déploie dans le livre montre la finesse du choix de Demand. Il rapproche des œuvres et des artistes, en déduit des pistes nouvelles, une topographie artistique qui dépasse le lieu de son propre travail pour poser la question de la nature dans le champ de l’art. Si le choix de correspondances formelles trouve parfois ses limites, l’artiste assume ce parti pris et les limites de son entreprise. Mais il ose ainsi des rapprochements fructueux où l’on ne s’étonne plus de voir se succéder par exemple Saadane Afif et Luigi Ghirri. Le lien que Demand établit entre une nature ouvragée par l’artiste (ou simplement enregistré par lui) et le territoire Monégasque n’apparaît pas comme un prétexte complaisant, mais au contraire comme un rare dialogue entre l’exposition et le musée qui l’héberge.

Au-delà, Demand dépasse ses rôles d’artiste et de commissaire pour engager une réflexion d’historien. Il livre en s’appuyant sur Magritte une possible définition du photographique. De là, il tisse de Kotzsch à Magritte, de Magritte à Ghirri, une généalogie critique qui ne vient pas seulement éclairer son propre travail, mais fait également retour vers ces autres artistes, leur laissant le premier plan. Il s’établit ainsi des passerelles critiques, une circulation à double sens, entre différentes époques, différents mediums et différents artistes. La démonstration, si elle révèle une pensée historique, n’en conserve pas moins une manière artistique. En témoignent les textes réunis, presque tous écrit par des artistes, et qui abordent souvent cette construction souterraine du travail par la conversation, l’exemple, la citation ou le souvenir. C’est donc en artiste que s’incarne le commissaire et l’historien, posture rare d’un producteur engagé dans le contemporain, mais soucieux d’une mémoire qui fait à bien d’autres défaut.

haut de page
++INFO++

La carte d’après nature

MACK / NMNM

ISBN 978.1.907946.01.1

Documents joints

Partenariat

Cliquez visitez tez

JPG - 13.2 ko
Entrer dans l’oeuvre Saint Etienne

2ème Salon Turbulences

JPG - 37.6 ko
Paul Pouvreau

Cristine Crozat Entre les mondes Pixy Liao Arcoop Wallproject


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP