Accueil du site > Tactiques > Perspectives > Ineffable

Ineffable

les photographies de François Kenesi

François Kenesi
François Kenesi
François Kenesi prend des clichés comme il ferait des croquis ou prendrait des notes. En cela il ne se dit pas photographe. Ses images sont des instantanés pris sur le vif, comme ça s’est présenté, sans artifices, ni effets. Il ne cherche pas le beau paysage, ni le beau matériau, ni la belle lumière.

Voir en ligne : http://kenesi.fr

Son œil d’architecte capte le graphisme du monde qui l’entoure et son œil de poète en révèle les ambiances insolites, inattendues, les atmosphères étranges et souvent cocasses.

Poète ? Non pas celui qui écrit des poèmes. Quoiqu’il se pourrait bien que François Kenesi soit un haïkiste pictural. Si le haïku, poème bref qui dit et célèbre l’évanescence des choses du monde, poème fugace qui n’a l’air de rien, sobre et précis, dense et sans artifice qui ne cherche pas le spectaculaire, ce petit moment de grâce que serait l’expérience poétique, alors les images que capte François Kenesi relèvent de cette philosophie de l’instant présent.

Ses images déchirent notre réalité quotidienne et familière pour nous faire voir une autre réalité qui s’exprime à notre insu. Ces échantillons de notre monde qui sont là, l’espace d’un instant, encore faut-il être là pour les saisir. C’est dans cet entre-deux du monde que se place l’écriture picturale de François Kenesi et qu’importe le sujet, il suffit d’être là et d’y dérober un instant qui ne sera plus. Encore faut-il entretenir avec le monde une complicité, celle de repérer toute la créativité du monde quand ce dernier s’invite dans notre décor pour en révéler l’ineffable. Etre là quand le premier rayon du soleil levant à l’équinoxe pénètre jusqu’au fond du temple d’Abou Simbel et y révèle la présence du dieu caché, moment ineffable s’il en est.

Cette saisie éphémère d’un instant, prête à être oubliée, à jamais inoubliable est sans commentaires. C’est un peu comme une prise de conscience, tout s’éclaire un instant et plus rien ne sera pareil ensuite. Moments ineffables de quelque chose d’autre, l’ouverture à d’autres possibles.

La petite musique intérieure de François Kenesi résulte de la rencontre complice, la connivence de la poétique du monde et de la poétique de son regard. Ses images sont autant de traces de l’existence d’un autre monde. « Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves, seules les traces font rêver » René Char (La parole en archipel)

haut de page

Partenariat

Cliquez visitez

JPG - 65.1 ko
Jean-Claude Legouic

Le beau Lac

JPG - 25.9 ko
Intériorités

Hausmann Le point du jour www.realitesnouvelles.org


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP