Accueil du site > Précipités > Chroniques > Fictions documentaires, un festival engagé à taille humaine

Fictions documentaires, un festival engagé à taille humaine

Annika Haas
Annika Haas
Cette sixième édition du Festival Fictions documentaires à Carcassonne propose en huit expositions et jusqu’au 17 décembre une sélection variée d’oeuvres qui concernent des sujets aussi différents que les inquiétudes écologiques, la question de l’héritage traditionnel au Maroc, l’émigration polonaise au XIX ème siècle vers le Brésil, le cyberharcèlement ou la guerre au Liban. Les femmes photographes plus nombreuse pour cette édition témoignent d’un état du monde des plus inquiétants.

Voir en ligne : https://www.audetourisme.com/fr/fic...

Commençons par la benjamine. Pour la deuxième année le GRAPh-cmi décerne sur projet un prix à un photographe de moins de vingt ans.La lauréate Line Sagnes a produit dans un studio improvisé une série de 9 images qui évoquent avec conviction le cyberharcèlement.

Deux séries composées au féminin évoquent les inquiétudes des jeunes générations face aux menaces envers notre planète. Poursuivant sa collaboration avec l’Estonie le festival a invité Annika Haas, plasticienne et enseignante qui a mis en scène ses étudiants dans un dialogue avec eux sur l’effet de serre The greenhouse effect. L’ensemble des images dans des plans rapprochés suscite un effet d’étouffement. Une de ses images s’applique sur l’affiche. Tiphaine Populu de la Forge expose à la Maissn des Mémoires ses diptyques de la Solastagia. Une partie de l’image a été clichée dans des maisons détruites , le complément vient de vues de la Station spatiale européenne, dans une étonnante continuité visuelle. Des cadres en bois de chantier complètent l’ensemble. Le macrocosme et le microcosme unis dans une même menace nous interrogent avec force.

Dans La part du lion The Lion’s share Ymane Fakhir témoigne en photos et diagrammes lithographiés des formes traditionnelles d’héritage au Maroc qui montrent quasi mathématiquement les différences de traitement en défaveur des femmes.

Stéphanie Nelson dans sa série au titre poétique Personne n’éclaire la nuit a photographié des jeunes sénégalais de Kédougou avec un double appareil qui se déclenche en même temps, créant un effet de hors champ. Elle en renforce la vision par un travail de tirage sombre en noir et gris. Des paysages aux couleurs sursaturées témoignent du décor qui les entoure.

Les cousines polonaises Marianne et Katarzyna Wasowska installent dans la Chapelle des Dominicaines des photos tirées d’archives et complétées par les deux photographes pour nous narrer l’émigration au XIXème siècle de leurs compatriotes se rendant au Brésil. Leur installation En attendant la neige oblige le spectateur à interpréter documents et clichés sur le chemin de l’exil.

Le GRAPh-cmi est membre du réseau Diagonal qui regroupe 25 centres en France , ensemble ils ont décidé de mener l’opération de soutien aux ukrainiens Stand With Ukraine qui invite en France en 2022 et 2023 des photographes du pays envahi par Poutine et qui étaient prévus pour exposer au festival Odesa Foto Days qui n’a pu se tenir à cause de la guerre. Cette opération soutenue par le Ministère d cela Culture et l’Institut Français , ainsi que les villes de Carcassonne et Castelnaudary. Dans une des places de la ville sont affichées les tirages noir et blanc de Andriyi Lomakin de sa série Calm waters.

Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige travaillent en couple depuis la fin de leurs études au Liban et en France . Le festival présente deux séries qui évoquent la guerre au Liban à travers une republication de cartes postales attribuées à un photographe local fictif et qui montrent les destructions du Wonder Beirut. La série Khiam quant à elle est composée d’un film qui recueille les témoignages en gros plan des internés dans ce centre tenu par les Israéliens et leur condition d’autant plus misérable qu’ils ne savaient pour combien de temps ils devaient rester détenus. Sans aucun outil ils ont au long des années composé des objets minuscules à caractère artistique qui leur rendait un espoir. La photo de ces objets témoigne de leur ingénuité et des capacités de résistance d’un peuple attaqué dans ses forces vives. Le plus récent film du couple intitulé Memory Box, un modèle de fiction documentaire est disponible en dvd pour poursuivre la découverte de leur engagement artistique sans faille.

haut de page

Partenariat

Cliquez visitez CHAIR du TEMPS Ralph GIBSON Tina Mérandon Editions Loco

www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP