Accueil du site > Prétextes > Chroniques > Exposition Récits du monde : des documents pour rêver des voyages

Exposition Récits du monde : des documents pour rêver des voyages

Commissaire : Gilles A.Tiberghien

Maurice Courant. Corée (1ère éd., 1904), Librairie Hachette, « Guides Madrolle », 1911. 12,4 x 17,5 cm. Archives Éditions Hachette/IMEC ©Michaël Quemener 2018
Maurice Courant. Corée (1ère éd., 1904), Librairie Hachette, « Guides Madrolle », 1911. 12,4 x 17,5 cm. Archives Éditions Hachette/IMEC ©Michaël Quemener 2018
L’IMEC, lieu d’archive installé dans l’ancienne abbaye d’Ardenne accueille « Récits du monde », une exposition confiée à Gilles A.Tiberghien, philosophe qui travaille à la croisée de l’histoire de l’art et de l’esthétique. Ce projet l’a amené à explorer les fonds de cet espace de conservation et de recherches et à commencer un voyage dans le temps et dans l’espace.

Voir en ligne : https://www.imec-archives.com/agend...

Il témoigne suite à l’invitation proposée par Nathalie Léger, directrice générale de l’IMEC son envie de travailler sur un sujet sur lequel il réfléchit depuis longtemps, le voyage : « je n’ai fait que déplier l’idée du voyage, la creuser analytiquement en combinant his¬toire, géographie et rêve. Les livres sur l’ailleurs ont fait rêver des géné¬rations de lecteurs, ont été à l’origine de pro¬ductions romanesques et suscité des vocations d‘explorateurs. Tous à leur manière sont traver¬sés par ces récits du monde dont ils ne sont que les dépositaires. »

Cette exposition propose un parcours en sept étapes : Fabrique d’un imaginaire, Exotismes, L’Aventure, Au cœur des ténèbres, Le regard anthropologique, Évocations, Fictions. Le titre « Récits du monde » appelle à trois notions Voyager, inventer, raconter. C’est autour de celles-ci que Gilles A.Tiberghien a mis en relation 380 documents, dont de nombreux inédits, documents sonores, filmiques, manuscrits, proposant un regard à la fois historique et poétique sur les voyages qui ont forgé la connaissance et l’imaginaire.

Son accrochage dévoile des photographies d’archives, des carnets de voyages, textes et lettres d’explorateurs et d’écrivains. Le visiteur peut alors se projeter en Afrique, en Asie, dans le Grand Nord, des territoires marqués par le passage des explorateurs, voyageurs, et modifiés au fil des constructions et des découvertes.

Des cartes de géographie témoignent de la diffusion de la connaissance des continents. Des ouvrages, romans, journaux de voyage, ouvrent l’imaginaire et convoquent le souvenir d’histoires de Jules Verne, Hergé et autres auteurs dont l’œuvre est désormais bien connue du grand public. Le philosophe présente les travaux des anthropologues célèbres comme Claude Lévi-Strauss, dont de nombreux sont des littéraires, des écrivains voyageurs, tels que Victor Segalen, poète, médecin de marine, ethnographe et archéologue français ainsi que ceux d’auteurs moins connus comme Alfredo Gangotena et Jules Supervielle. Il met alors en lumière nombreux auteurs dont l’œuvre est née par les expéditions.

De plus, il dévoile le fond Hachette des livres de voyages, qui ont d’ailleurs débouché sur des envies de voyage. Cet attrait est lié au début du tourisme et se déroule dans une période des grands empires coloniaux en particulier la France et l¹Angleterre. Des photographies montrent également des lieux éloignés, découverts et ainsi à la portée du plus grand nombre. Ces images rappellent l’attirance pour ces lieux lointains et qui aspirent à un goût pour l’exotisme. Des dessins des explorateurs sollicitent la curiosité et la soif de savoirs et d’ouvertures sur le monde. À cet ensemble, s’ajoutent des carnets et des lettres qui incitent à retracer les itinéraires des explorateurs.

Des bibliothèques rassemblent des livres dont la couverture suscite déjà le désir d’un ailleurs et l’envie de les ouvrir tels des trésors, conservés et mis au jour.

Ainsi, l’ensemble de ces documents conduit le visiteur à tisser des relations entre eux et à s’inventer son propre itinéraire. Ils permettent de comprendre le monde actuel et comment se sont dessinées et se sont déplacées les frontières. La scénographie et le graphisme fait écho au voyage et à la cartographie. On suit les écrits ici dévoilés, tels des traces, objets de valeur, comme on lirait une carte ou cheminerait à travers celle-ci.

Cette exposition est l’occasion de la sortie de l’ouvrage Récits du Monde avec un texte inédit de Gilles A.Tiberghien, publié aux éditions de l’IMEC dans la collection « Le lieu de l’archive ».

haut de page
++INFO++
Une exposition à découvrir jusqu’au 17 février, à l’IMEC, dans l’ancienne abbaye d’Ardenne, 14280 Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, près de Caen.

Partenariat

Cliquez visitez tez Work in Progress Galerie Ségolène Brossette Sarah Trouche Miguel Chevalier Galerie Lélia Mordoch L'infini n'a lieu qu'une fois

www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP