Accueil du site > Tactiques > Chroniques > Expanding landscapes Johann Fournier et Suzanne Moxhay

Expanding landscapes Johann Fournier et Suzanne Moxhay

Galerie Jean-Louis Ramand

Vue de l'exposition
Vue de l’exposition
Expanding landscapes réunit les artistes Johann Fournier et Suzanne Moxhay autour de photographies où le végétal entre dans l’architecture. Comment la nature interagit avec les murs, créé des brèches ? De quelle manière les limites entre intérieur et extérieur deviennent poreuses ? Cette exposition met en regard deux pratiques artistiques dans lesquelles se révèlent les imaginaires des lieux vides et des ruines.

Voir en ligne : https://www.galeriejeanlouisramand.com

Johann Fournier erre dans des espaces à l’abandon, les visite, les découvre et y retourne pour y saisir une certaine étrangeté. Pour lui, « le végétal incarne une présence humaine ». Ses photographies de la série Entre le temps glisse le monde mêlent fiction et réalité. Elles mettent en lumière la capacité des éléments naturels à pousser à travers les failles. Parfois une couleur attire et renforce le caractère théâtral de ses images.

Sa série Relique invite à contempler un bout de paysage isolé. L’artiste dit « déconstruire les paysages pour les déplacer hors du temps ». Ses photographies jouent sur le trouble des rapports d’échelle et nous invitent à nous interroger sur les limites de l’espace. Par son travail sur les couleurs, Johann Fournier cherche à faire dissoudre le paysage. Son travail s’inscrit dans le courant de démarches artistiques qui tendent à restaurer le lien entre l’homme et la nature.

Ses photographies présentent un aspect quasi cinématographique, nous amènent à rêver et à nous imaginer partir à la découverte de traces de nouvelles vies qui reprennent.

Les images de Suzanne Moxhay montrent des intérieurs où la nature s’étend, un décor qui peut rappeler les peintures de paysages de ruines. Avec Hothouse, photographie récente, elle fait directement référence à la serre, ce lieu de conservation des plantes, dans lequel voyager.

D’où surgissent les sources de lumière dans ses photographies ? L’artiste compose ses espaces de toutes pièces et fait référence à des lieux chargés d’une histoire. Sa méthode de travail tient du découpage et du photomontage de fragments de photos et de peintures. La tradition de la peinture de paysage romantique l’inspire et ses photographies combinent différents espaces photographiés et peints, vides et qui donnent une sensation de confinement.

Les maisons deviennent quasi hantées de présences. « J’explore les liens entre l’histoire connue de la maison et ce que j’imagine au travers des traces les plus éphémères comme les couches de papier peint qui se décollent et les graffiti estompés qui se sont accumulés au travers des siècles. » explique-t-elle. Des mouvements d’envolée sont captés dans sa photographie Dormer et se révèle alors un moment de présence-absence. Les photographies de Suzanne Moxhay nous invitent à une pause dans un « temps suspendu », tel que le précise également le galeriste.

Les œuvres de ces deux artistes dévoilent ainsi des espaces où la nature se développe et prend le dessus comme inscription d’une nouvelle vie. Leurs images où le vide a toute sa place ouvrent vers des récits et nous proposent de laisser venir pensées, souvenirs de déambulations dans des lieux à l’abandon ou découvertes d’images anciennes.

haut de page
++INFO++
Galerie Jean Louis Ramand 47, rue Chapon 75003 Paris jusqu’au 15 juin

Partenariat

Cliquez visitez tez Cristine Crozat Entre les mondes Laure Tiberghien Biennale de l'Image Tangible Pixy Liao Arcoop Wallproject JP Albinet MISES EN SCÈNE – LES ANNÉES 90′ David Lynch portraits

www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP