Accueil du site > Précipités > Édition > Dialogues continus en quête de l’institutionnalisation sensible des arts (...)

Dialogues continus en quête de l’institutionnalisation sensible des arts sonores

Un essai d’Alexandre Castant et Philippe Franck

Julien Sirjacq A Spectral Recollection City Sonic 2013
Julien Sirjacq A Spectral Recollection City Sonic 2013
« Correspondances dans le labyrinthe des sons » est un dialogue théorique et pratique entre deux acteurs, français et belge, de la scène contemporaine des arts sonores dans leurs relations aux arts visuels et plastiques et aux expérimentations numériques. Alexandre Castant, enseignant à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Bourges et Philippe Franck, créateur du festival City Sonics et enseignant dans plusieurs écoles de la fédération Wallonie-Bruxelles maintiennent ces échanges depuis 2005. Réunis chronologiquement et illustrés par deux cahiers d’illustrations ils font l’objet de cette publication des éditions La lettre volée dans leur collection Essais.

Voir en ligne : https://www.alexandrecastant.com/la...

La matière sonore mise en espace, en images, en réseaux et sous des formes diverses génère une vision hybride des arts sonores. C’est l’occasion de retrouver quelques uns des artistes les plus connus de cette scène peu médiatisée et d’en découvrir de nombreux autres.

Parmi les auteurs importants de cette scène on distingue des musiciens proches du rock comme Rodolphe Burger , des plasticiens tels Charlemagne Palestine , Dominique Gonzalez-Foerster, Jonas Mekas ou Yoko Ono. Ces pratiques mixtes ont aussi l’objet de collaborations comme Alain Fleischer et le compositeur/ violoncelliste Jean-Paul Dessy pour son installation des Mémoires projetées ou Pascale Tison de la RTBF avec le photographe Gilbert Fastenaekens créant deux versions de Noctunes. D’autres textes critiques s’attachent aux artistes devenus cinéastes : Julian Schnabel pour Basquiat, Douglas Gordon et Philippe Parenno avec Zidane, un portraits du XXIème siècle ou encore Steve McQueen et son film Hunger.

Philippe Franck a créé City Sonics festival urbain implanté à Mons en 2003 qui a migré à Charleroi en 2017 et a voyagé à Louvain-La-Neuve et Bruxelles Il revendique la formation de sa pensée sous les auspices de Deleuze et Guattary ou d’un autre duo, celui de William Burroughs et Byron Gysin. Après une intense action théorique sur les arts du son et la défense de ses concepts au sein de sa manifestions urbaine, il se consacre de plus en plus à sa propre création dans ce domaine sous le label Paradise Now.

Sur le modèle des Zones d’Autonomie Urbaine Temporaire conçu par Hakim Bey il a construit City Sonics pour que le son accompagne des déplacements dans la vIlle mais peut faire aussi objet d’installations complexes transformant Mons en « cité des sons » générant un véritable soundscape polyphonique.

Les deux auteurs mènent un intense dialogue conceptuel entamé en 2005 lors de la 3ème édition.Chacun écrit sur les initiatives et les publications de l’autre . Ensemble ils étudient les apports musique/son via l’électronique, le liens voix/son, image/son et machine/son. Ils défendent une radiophonie « hors du poste ». Ils réfutent les oppositions entre expérimentation sonore et musique populaire en en montrant certaines continuités. De façon complémentaire ils s’interrogent sur une scénographie particulière à inventer et à muséographier pou répondre à cette interrogation contemporaine « comment exposer le son ? ».

Pour cela ils s’appuient sur des exemples de grandes manifestations , rappelant l’antériorité de Soundings A Contemporary Scape au MOMA en 2013 ou The Notion and Politics of Listening au Casino à Luxembourg en 2014. C’est ainsi que le festival de Philippe Franck développe des thèmes prospectifs comme Fantômes sonores et autres doubles ou Re/territorialisations résonnantes qui actualisent les pratiques de déambulation ou les concepts hérités de la psychogéographie situationniste de Guy Debord.

L’action d’Alexandre Castant s’est développée dans une intense activité critique et éditoriale centrée d’abord sur la photographie puis assez vite ouverte aux autres arts plastiques et sonores. Depuis 2005 son apport théorique s’est manifesté sur le mode pratique et pédagogique grâce à l’Atelier sonore d’esthétique de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Bourges dont de nombreuses créations aux formes et finalisations diverses ont été aussi partie prenante de City Sonics. Diversifiant ses modes opératoires il a créé la conférence Le partage des sens, une micro-histoire du son dans l’art contemporain accompagnée de différents modules produits par l’INA. Sa méthode sensible se fonde sur « les correspondances entre les arts et à travers elles les ordres sensoriels ».

En conclusion les deux auteurs insistent sur l’originalité de ces multiples écritures transesthétiques qui mises en synergie produisent cette fascinante cosmogonie des arts sonores.

haut de page
++INFO++

A lire en complément Alexandre Castant « Planètes sonores » Monografik 2007 Alexandre Castant « ImagoDrome » Monografik 2010 Alexandre Castant « Journal audiobiographique » Nouvelles Editions Scala 2016 Alexandre Castant « Les arts sonores » Transonic 2017 Philippe Franck "City Sonic, les arts sonores dans la cité » La lettre volée 2014

« Correspondances dans le labyrinthe des sons » La lettre volée 2024 ISBN 978-2-87317-631-0 24 euros

Partenariat

Cliquez visitez maquette/]

JPG - 9.2 ko
Joël Leick Galerie 15Martel
JPG - 14.5 ko
Valérie Belin
JPG - 16.3 ko
Barbara Navi GALERIE VALERIE DELAUNAY


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP