Accueil du site > Tactiques > Chroniques > Des récits au delà du regard

Des récits au delà du regard

Légende au Frac Franche Comté

Louise Lawler
Louise Lawler
L’exposition Légende du FRAC Franche Comté à Besançon est confiée au philosophe et critique d’art Laurent Buffet comme réunissant des œuvres donnant « matières à récit », elle interroge les états actuels de la fiction dans une attitude post-conceptualiste.

Voir en ligne : www.frac-franche-comte.fr/

En ouverture de l’exposition une œuvre acquise récemment dans la collection : Still Life (Candle) (Traced) de Louise Lawler se présente comme une installation murale sous forme d’impression sur adhésif vinyl. Elle oriente notre vision vers « un art de la distinction » comme le revendiquait l’exposition du Centre d’Art de Meymac en 1990.

Elle constitue un retour critique sur l’histoire récente de l’art contemporain en réunissant des figures historiques de l’art conceptuel comme Robert Barry (né en 1936) ou Douglas Huebler (1924-1997), un représentant du land art Hamish Fulton, et le tenant français du narrative art Jean Le Gac, célèbre pour avoir dans des œuvres mixed media narrées les aventures d’un peintre hétéronyme Ange Glacé. Des artistes plus jeunes comme Michel Dector & Michel Dupuy se sont fait connaître par leur conférence sur des villes qu’ils visitent pour y commenter leur action. Une autre artiste, la japonaise performe le quotidien grâce à de micro- évènements pour mettre l’accent sur le pouvoir des formes à produire des histoires et sur celui des histoires à produire des formes.

Deux œuvres font référence à des protocoles communicationnels. Gianni Motti (né en 1958), s’est spécialisé dans la perturbation des systèmes, qu’ils soient médiatiques, politiques, économiques ou artistiques par des interventions ponctuelles, le plus souvent hors du milieu de l’art. En 1992, il contacte l’agence de presse américaine Keystone pour se déclarer responsable du tremblement de terre qui provoqua une fissure de 70 kilomètres de long dans le désert Californien.

Mario Garcia Torres de la génération des années 1970 présente quant à lui son diaporama What Happens in Halifax Stays in Halifax (In 36 Slides), 2004-2006 qui constitue une relecture des aventures de l’art conceptuel à travers l’évocation d’un workshop qui se serait tenu dans la ville de la Nouvelle Ecosse.

L’une des œuvres les plus intéressantes, bien que l’une des moins spectaculaires , est celle de l’artiste espagnole Dora Garcia (née en 1965). En arrivant dans une salle blanche le spectateur voit s’afficher en direct un texte visiblement écrit sur un ordinateur et qui, il s’en aperçoit rapidement, le concerne dans son attitude. Contrairement à la prétention de beaucoup d’artistes qui voudraient que leur pratique s’adresse au plus large public son travail constitué de dispositifs de performance, porte sur ce qui se joue à l’échelle d’un individu. Ses protocoles bien que radicalement conceptuels, sont accessibles et élégants. Ses messages singulièrement codés engagent une relation spécifique avec chacun des visiteurs.Au FRAC derrière la cloison de la projection on découvre une assistante en train d’écrire la situation de la visite.

haut de page
++INFO++

FRAC Franche Comté Cité des arts, 2 passage des arts, 25000 Besançon

Exposition visible jusqu’au 8 mai 2006

Partenariat

Cliquez visitez tez Mouna Saboni Traverser Baptiste Roux

JPG - 8 ko
Marie Rauzy au Sénat, une exposition Area

David Lynch portraits "Journal de l'oeil, les globes oculaires" Letz Arles / Résonance


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP