Accueil du site > Edito > Culture : quand l’extrême droite est au pouvoir

Culture : quand l’extrême droite est au pouvoir

Reprise d’extraits de l’article du QUOTIDIEN DE L’ ART Edition du 7 juin 2024 A la une du N°2845

 Le QUOTIDIEN DE L' ART Edition du 7 juin 2024
Le QUOTIDIEN DE L’ ART Edition du 7 juin 2024
Ce 9 juin, les partis ultra-conservateurs pourraient remporter plus de 20 % des sièges au Parlement européen. Dans de nombreux pays du continent, l’extrême droite n’est plus seulement une menace, elle a atteint les sphères de pouvoir. Quelles sont les conséquences pour la culture ? Panorama.

Voir en ligne : https://www.lequotidiendelart.com

Sur l’échiquier, les forces d’extrême droite et ultra-conservatrices sont réunies au sein de deux groupes principaux : Conservateurs et réformistes européens – incluant le parti Reconquête d’Éric Zemmour, les Fratelli d’Italia, Vox (Espagne) et Démocrates de Suède –, et Identité et Démocratie – Lega italienne, Vlaams Belang belge et Rassemblement national (RN) français. Si ces partis représentent aujourd’hui environ 16 % du total, cette proportion pourrait passer à près de 25 % (si on inclut les non-inscrits de l’AfD allemand et du Fidesz hongrois), les sondages annonçant une forte poussée des ultra-conservateurs.

À droite comme à gauche, la culture relève dans les programmes des élections européennes de la note de bas de page. Enjeu majeur dans un nombre croissant de métiers (droit d’auteur, intelligence artificielle…), la culture n’est quasiment pas évoquée dans les programmes d’extrême droite, mais infiltre ses discours, appelant à la « guerre civilisationnelle » ou à une stricte homogénéité des sociétés. Le paradoxe en effet n’est qu’apparent : comme nous l’avons rapporté à maintes reprises, dans les pays où les ultra-conservateurs sont au pouvoir (Russie, Argentine, certains États américains, Brésil de Bolsonaro…), les institutions, artistes et travailleurs de la culture font bien souvent partie des premières cibles, et subissent des attaques incessantes. Car elle est au cœur des luttes d’influence idéologiques dans un contexte mondial de recrudescence du fascisme, la culture devrait faire l’objet de toutes les attentions.

Italie, Hongrie : l’extrême droite impose censure et récit national

En Italie, c’est par un coup de boutoir à la culture que la Première ministre d’extrême droite Giorgia Meloni (Fratelli d’Italia) a décidé d’entamer ses premiers jours aux commandes du pays. À la contre-culture plus exactement, avec le décret anti-rave party qui menaçait de prison et de lourdes amendes quiconque s’aventurerait à organiser des rassemblements sauvages. Objectif affiché : « Mettre fin à l’hégémonie culturelle de la gauche. » L’ère Meloni est ainsi marquée par un profond chamboulement dans les grandes institutions culturelles du pays. Fini, les étrangers à la tête des principaux musées du bel paese. Arrivés au bout de leur mission, tous ou presque ont été remplacés par des directeurs italiens, à l’exception d’Eike Schmidt, ex-patron des Offices de Florence tout juste naturalisé italien et envoyé au Capodimonte de Naples, puis rappelé dans la capitale toscane comme candidat de l’extrême droite droite aux municipales de juin.

Les Fratelli d’Italia ont également poussé des personnalités jugées proches des idées de la Première ministre pour conduire le MAXXI de Rome ou la biennale de Venise. Le virage à droite n’a pas non plus épargné le service audiovisuel public et la Rai, éternel objet de convoitise politique en Italie. En interne, les journalistes dénoncent aujourd’hui « l’étouffant » contrôle de l’information exercé par la direction. À quoi s’ajoutent les accusations de censure à l’encontre d’un texte – très corrosif contre Giorgia Meloni – de l’écrivain Antonio Scurati, écarté des ondes pour la Fête de la Libération du 25 avril. Sans compter les intellectuels et artistes que la Présidente du Conseil n’hésite pas à traîner devant les tribunaux, où les procès en diffamation s’accumulent : Roberto Saviano, l’auteur de Gomorra, l’historien Luciano Canfora et peut-être même bientôt Brian Molko, chanteur du groupe Placebo…

En Hongrie, où le Fidesz de Viktor Orbán est au pouvoir depuis 14 ans, les dommages sont conséquents, comme nous l’évoquions déjà en 2018. Cependant, « il n’est pas facile de les saisir, explique l’historien Gergely Nagy. En apparence, tout va relativement bien. À Budapest, musées, librairies, galeries et théâtres sont pleins à craquer. Mais en regardant de plus près, on voit que rien ne fonctionne comme cela devrait dans une démocratie libérale. Le régime Orbán a remodelé l’ensemble du système juridique, institutionnel et financier de la culture.

En Hongrie le régime Orbán a remodelé l’ensemble du système juridique, institutionnel et financier de la culture. En réalité, es artistes sont soumis à une autocensure, une peur et un manque de ressources sans précédent. . Les professionnels du secteur parlent aujourd’hui d’une « censure structurelle ». « Le gouvernement agit avant tout par la force financière. Une quantité d’artistes et de travailleurs culturels ont quitté le pays parce qu’il n’y a pas de lieux ou de ressources pour eux.La majorité des universités sous-traitent à des fondations privées, contrôléespar des membres du parti au pouvoir. Désormais dépourvues de liberté académique, elles ont été exclues par l’UE des programmes Erasmus et Horizon. (…)

En Pologne,« Le principal horizon culturel du parti d’extrême droite Droit et Justice n’est pas l’art mais la réécriture de l’histoire », rappelait-on en 2020. Pendant huit ans, des expositions ont été annulées, des œuvres censurées. En particulier celles d’artistes LGBT ou féministes ayant des connotations érotiques ou évoquant
les droits des femmes, notamment le droit à l’avortement (…) Les institutions culturelles ont subi de vastes coupes budgétaires, dans une volonté délibérée d’anéantissement, avec un résultat : la culture s’est déplacée dans le secteur privé, à l’abri des assauts conservateurs.

En Slovaquie pour former une coalition majoritaire au Parlement, le premier ministre pro-russe Robert Fico s’est allié au parti d’extrême droite SNS, proche des idées du Fidesz hongrois. En effet, dès décembre dernier, les premiers directeurs d’institutions furent renvoyés et des menaces indirectes lancées. (…)

En novembre 2023 aux Pays-Bas, le parti d’extrême droite PVV (Parti pour la liberté) est anti-musées, anti-théâtre et contre les élites, notamment celles des grandes villes comme Amsterdam, Rotterdam et La Haye. » L’une des premières mesures qui devrait être votée pour la culture est sur toutes les lèvres : la hausse de la TVA de 9 à 21 % sur les produits culturels. « Cela va faire mourir le secteur » « Les travailleurs de la culture vont être encore plus précaires ». Historiquement, les Pays-Bas bénéficient d’un important système de subventions à destination des artistes, comme le Mondriaan Fund. Mais depuis les années 1990, leur montant s’est réduit comme peau de chagrin.

En Finlande aussi, l’extrême droite s’est taillé une place de choix au gouvernement. Comme en Suède, le parti d’extrême droite finnois a une acception nationaliste de la culture et tape régulièrement sur l’immigration ou le féminisme au profit d’une culture finnoise traditionnelle où seraient notamment valorisés les artistes du mouvement national-romantique du XIXe siècle.

En Allemagne, le parti nationaliste Alternativ für Deutschland (AfD) continue de gagner du terrain et arrive en deuxième position dans les intentions de vote. Régulièrement menacés par l’extrême droite en Allemagne, les acteurs culturels se rassemblent pour lutter contre les populistes de droite qui ont en commun une « aversion pour la vie culturelle cosmopolite et libérale qui les pousse à tenter de discréditer les institutions artistiques pour imposer une culture exclusivement nationale et nationaliste »,

Suite et texte complet à lire sur Le QUOTIDIEN DE L’ART Edition du 7 juin 2024 A la une du N°2845

haut de page

Partenariat

Cliquez visitez maquette/]

JPG - 9.2 ko
Joël Leick Galerie 15Martel
JPG - 14.5 ko
Valérie Belin
JPG - 16.3 ko
Barbara Navi GALERIE VALERIE DELAUNAY


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP