Accueil du site > Écarts > Chroniques > Alt+1000 , (Comme) des vues de montagne

Alt+1000 , (Comme) des vues de montagne

Anne Sophie Küch
Anne Sophie Küch
A Rossinière, dans les Pré-Alpes suisses, s’est tenu cet été Alt+1000, premier festival de photographie de montagne. Il réunit de jeunes auteurs du pays donnant des visions peu attendues de ces paysages, loin de tous clichés. Tous sont sortis des deux grandes écoles de l’image, concurrentes et complémentaires, l’ECAL de Lausanne et l’Ecole Supérieure de Photographie de Vevey.

Voir en ligne : www.plus1000.ch

Thomas Fletchner, le plus connu de ces artistes helvètes, expose régulièrement ses grandes images de motifs floraux à la galerie genevoise Blancpain. Ici il nous invite à découvrir galeries et tunnels partiellement empêchés de fonctionner par la neige ou autres accidents climatiques. Le trouble apporté à la lecture du paysage se fait grâce à des fusées éclairantes de l’armée pour Raphael Hefti, qui théatralise ainsi le paysage sans que cette lecture ne devienne dramatique comme le laisse entendre le titre distancié de sa série « Disco » !

Pour l’approche architecturale on peut opposer les vues des chalets et habitations traditionnelles de Camille Scherer aux tableaux de Benoît Vollmer. Les premières rappellent un peu, avec un beau sens de la couleur, ce que Yuki Onodera avait produit à partir de la lumière émanant nocturnement des maisons japonaises. Le second s’attache aux stations de ski saisies hors contexte vacancier pour en démontrer « ex nihilo », titre de son travail, le décalage essentiel avec les formes naturelles. Il propose aussi une image beaucoup plus mystérieuse en couverture de l’intéressant catalogue, qui, elle, déstructure l’idée même de paysage montagnard. En préface de cet ouvrage l’on peut lire un historique du genre rédigé par Marco Costantini, un des organisateurs avec Nicolas Savary de cette manifestation.

Les deux porte-folio les plus novateurs apportent une vision très décalée du sujet. Les « montagnes personnelles » de Anne Sophie Küch, dans la continuité de Fischli et Weiss ou de Joachim Mogarra, sont des installations poétiques d’objets du quotidien qui nous incitent à rêver la montagne comme accumulation, tas, dans une géologie imaginaire encouragée par un minutieux travail d’éclairage et de couleur en studio. Eva Lauterlein nous est connue par son subtil travail de portrait synthétique « Chimère » aux modifications difficilement détectables. Ici son titre, « (Comme) à la montagne », met en jeu, à partir d’une commande de la société AOC Gruyère, « une vision commerciale idyllique d’authenticité » grâce à des photos partiellement mises en scène qui jouent d’un kitsch léger avec humour.

Une vision, globalement tonique, signe aussi de la bonne santé de la jeune création suisse aujourd’hui dans le domaine de l’image.

haut de page
++INFO++

ISBN 978-2-88474-136-1

Edition infolio 2008

contact : +41(0)26 924 42 42

++Répondre à cet article++

Vous pouvez répondre à cet article. Laissez vos commentaires, remarques, compléments d'informations.

Partenariat

Cliquez visitez tez

JPG - 13.2 ko
Entrer dans l’oeuvre Saint Etienne

2ème Salon Turbulences

JPG - 37.6 ko
Paul Pouvreau

Cristine Crozat Entre les mondes Pixy Liao Arcoop Wallproject


www.lacritique.org - Revue de critique d'art
Plan du site | Espace privé | SPIP